Expression des groupes politiques

>>Expression des groupes politiques
­

Une gifle…électorale.

Les résultats des élections départementales et régionales ont été très révélateurs. Plus de 80% d’abstention sur Grigny, un désaveu pour le maire et son équipe. Les citoyens n’ont plus confiance dans leurs représentants au pouvoir usé et sur le déclin. Plus généralement, la violence des politiques traditionnelles qui s’exerce à l’encontre du peuple par la non prise en compte de ses aspirations légitimes, a produit une scission entre les citoyens et ceux qui pensent le représenter.

Comment en vouloir au peuple, constatant, scrutin après scrutin, que la préoccupation principale de ses dirigeants demeure leurs intérêts personnels plutôt que de servir les citoyens. En réalité, si l’abstention arrange certains de nos politiques, ce camouflet à la démocratie finira par se payer. Redonnons du sens au vote en rompant avec leur pratique népotique du pouvoir et en se mettant au service des habitants pour ne plus faire de notre ville la plus pauvre de France. Leur triste bilan de ces dernières décennies d’administration de notre ville indique que c’est bien le mandat de trop pour l’équipe municipale !
Le changement est en route… soyons patients !.

Kouider OUKBI – élu du groupe Union Des Grignois


Une victoire pour l’environnement des Grignois ?

Dans le compte rendu de la commission « Ville durable et habitat » en date du 4 mai dernier, nous prenons acte de l’abandon du projet immobilier « secteur Thinet » : construction d’un lotissement de 39 maisons individuelles sur une partie de notre espace boisée des Lacs à un promoteur immobilier. Dès la présentation de ce nouveau bétonnage en Conseil municipal de juin 2017, notre groupe d’opposition s’est opposé avec force à ce projet détruisant une partie de notre richesse environnementale pour quelques menues monnaies. Devant la volonté politique implacable du Maire de saccager une partie de l’espace naturel exceptionnel au milieu des villes; notre groupe l’a interpellé sur l’impact désastreux de ce projet sur la biodiversité en lui adressant un courrier en Août 2018 dont une copie a été envoyée à Monsieur le Préfet ; en désespoir de cause, nous avions également alerté la ligue des oiseaux protégés (LPO) qui nous a confirmé la richesse exceptionnelle des variétés d’oiseaux sur la zone dont certaines espèces quasi-menacées ! Un désastre écologique stoppé ou juste décalé dans le temps ?… Une annonce officielle par le Maire s’impose afin de rassurer les habitants de Grigny sur la préservation d’un espace naturel exceptionnel en milieu urbain !

CHECK OUMAR N’DIAYE ET SYLVIE GIBERT – « Un nouveau regard pour Grigny »


Urnes vides et vie diurne

En vaquant à leurs occupations les 2 derniers dimanches de juin, les citoyens français et plus encore ceux de Grigny (80% d’abstention) ont formulé un message limpide : désigner des représentants au Conseil Régional et au Conseil Départemental n’a pas vraiment d’intérêt à leurs yeux. Depuis 1 an, nous avons pu constater par nous-mêmes l’incroyable imbroglio de « compétences » qui se chevauchent entre la commune, Grand Paris Sud, le département et la région. La multiplication des instances de décision sert les partis, qui peuvent ainsi « placer » les leurs à des postes bien rémunérés (minimum 2700 euros par mois pour un conseiller régional ou départemental en Essonne), mais pas la population qui perd prise sur le monde qui l’entoure. L’impression qui domine, c’est qu’une machine anonyme et bureaucratique mène la danse. Entre les communes et l’Etat, un seul échelon intermédiaire serait vraiment nécessaire… or il y en trois aujourd’hui. La priorité est de supprimer les « communautés d’agglomération », concept anti-démocratique qui ne parle à personne. Pour multiplier le nombre d’électeurs, il faut peut-être avoir le courage de diviser le nombre des élus.

Neal SAUNIER – ÉLAN GRIGNARD


Pour un accès à toutes et tous à l’enseignement supérieur !

La première phase de Parcoursup a encore fait des déçus.es. Ce logiciel continue de faire exploser les inégalités entre les élèves et les territoires, en chassant comme à chaque fois, les mêmes. L’algorithme, dont les critères de sélection sont encore cachés et mal connus, ne permet pas à tous/toutes les lycéen.nes d’accéder à l’enseignement supérieur, par faute de places. Ce dernier doit être accessible à toutes et tous. C’est un service public ! Le manque de moyens et le délaissement de l’État empêche les établissements d’accueillir toutes celles et ceux qui le souhaitent. La réforme du lycée ainsi que la crise sanitaire n’ont pas facilité le choix des lycéen.nes et ont, de ce fait, accentué les inégalités. À Grigny, nous sommes pour un service public à destination des étudiant.es et des lycéen.nes. Pour pallier l’État face à ses manquements, nous nous sommes engagé.es pour accompagner notre jeunesse dans sa
réussite. Le 25 juin, nous organisons une rencontre avec les parents et les lycéen.nes, en lien avec le PIJ, pour vous accompagner dans les phases complémentaires de ce dispositif. À vos côtés, toujours.

Anaïs KÖSE, co-présidente – Pour le groupe Communistes, Républicains et Citoyens


L’abstention n’est pas une fatalité…

Le triste record d’abstention a été battu lors de ces deux dernières élections, régionales et départementales. Il est le signe d’une désaffection massive de la politique. Les raisons en sont nombreuses. Elles doivent interroger l’ensemble des partis et mouvements. La Gauche en particulier doit assumer ses valeurs, les partager, les mettre à la portée de chacune et de chacun. Renforcer ses liens avec toutes les couches de la population et les jeunes. La lutte contre les inégalités, contre les discriminations, contre la fatalité des crises et la volonté de permettre à chacun d’avoir son mot à dire, dans une société de l’égalité, peuvent redonner envie de s’intéresser à la politique. En Ile De France, la droite a conservé la région et l’Essonne. Cela doit interroger toute la Gauche dans un territoire qui est parmi les plus inégalitaires. Alors le premier mot qui vient, c’est « Résister ». Cela ne se fera pas sans écouter, sans entendre ce que nous disent les citoyens, tous les citoyens. Les élus socialistes et Grignois seront au cœur de cet objectif. Nous combattrons pied à pied pour la justice sociale, la santé, les transports, la formation et la jeunesse. Vous pouvez compter sur nous !

Fatima OGBI – Présidente du groupe socialiste et républicain


Une abstention qui interroge… La classe politique

Le vainqueur de ces dernières élections est incontestablement l’abstention. Symptôme d’une démocratie malade de sa déconnexion d’avec les citoyens. La facilité serait de rendre les électeurs responsables. Ce serait une injustice et une erreur. Bien sûr qu’il existe des personnes qui ne s’intéressent pas à la vie politique. C’est d’ailleurs leur liberté individuelle. Mais pour l’immense majorité, il ne s’agit pas d’un désintérêt de principe. Plutôt d’une défiance dans son utilité. A force de promouvoir une société individualiste où la mise en concurrence est la règle et qui jauge la réussite à l’importance des biens et à l’épaisseur du portefeuille, comment pourrait-il en être autrement ? A fortiori lorsque les instances de gestion du quotidien semblent de plus en plus inaccessibles, à l’exemple des régions. En outre, les partis fonctionnent avec leurs propres règles du jeu, pas très reluisantes. Cette abstention, au final est un signal d’alarme tiré par les citoyennes et les citoyens. Il appartient à la classe politique de l’entendre et de redonner un sens concret à l’action collective. A faire preuve de sincérité et d’éthique. Alors seulement, le chemin des urnes redeviendra attractif.

Pascal TROADEC, Saâdia BELLAHMER, Youssef BOUKANTAR